Mont-Dauphin est une fortification de Vauban inscrite sur la liste du patrimoine mondial en 2008
armoiries de Mont-Dauphin

Des rues et des hommes à Mont-Dauphin

11-04-2013

Qui sont ceux qui ont donné leur nom aux rues de Mont-Dauphin ?

Place Sebastien Le Prestre de Vauban, maréchal de France (1633-1707) Architecte militaire en chef de Louis XIV, Vauban fut dépêché pour fortifier la frontière des Alpes aprés une invasion des troupes de Savoie en 1692 et fit construire Mont-Dauphin sur un plateau désert et stratégique.

  En plus de cinquante ans au service du Roi soleil, il construisit plus de 30 places et en réaménagea 300, réputées imprenables. Il mit aussi au point un système de siège imparable. Son idée maîtresse est de multiplier les travaux afin d'économiser la vie des soldats. Son génie fut sa souplesse d'esprit adaptant les fortifications à chaque site.

 

  Architecte, ingénieur, tacticien et stratège, Vauban fut aussi un homme d'état avec une vision d'ensemble de la défense de la France: ses frontières naturelles. Il eut des vues sur tout, y compris la réforme fiscale et une monnaie unique pour la chrétienté.

 

Rue Nicolas de Catinat, la rue principale. Catinat (1637-1712), maréchal de France sorti du rang, indiqua à Vauban le site ou celui-ci construisit Mont-Dauphin.

De petite noblesse, engagé au bas de l’échelle, il fut plusieurs fois blessé et gagna ses galons au siège de Lille et pendant la guerre de Hollande. Arrivé dans les Alpes comme capitaine en 1679, il se battit contre les Vaudois et la Savoie et devint commandant en chef de l’armée des Alpes onze ans plus tard.

En 1693, à 56 ans, il devint maréchal de France pour avoir remporté la bataille de la Marsaille qui força le duc de Savoie à s’allier à la France. Ce fut son apogée : il tomba en disgrâce après une série de revers en Italie pendant la guerre de succession d’Espagne en 1701 et se retira dans son château de Saint-Gratien prés de Montmorency.

Rue du Colonel  Cabrié (1766- ?) officier de la Grande Armée de Napoléon, il refusa de livrer Mont-Dauphin aprés Waterloo. Cabrié, capitaine en 1800 dans l’artillerie de marine, chef de bataillon à Bordeaux en 1810, participa à la bataille de Borodino en 1813 et commanda un fort pendant le siège de Dantzig en 1813.

Colonel, en retraite, il commandait la place de Mont-Dauphin en 1815 après l’abdication de Napoléon. Comme le général Eberlé à Briançon il soutint le siège des troupes autrichiennes et sardes qui finirent par renoncer.

rue Rouget de Lisle Claude Joseph Rouget de Lisle  (1760-1836) exerça ses talents d’ingénieur militaire et poète dans plusieurs places, dont Mont-Dauphin où il fit aussi le joli cœur

En garnison à Strasbourg pendant la Révolution, il composa en une nuit en 1792 le « Chant de guerre pour l'armée du Rhin » qui fut adopté  par les volontaires marseillais marchant vers Paris défendre la patrie en danger et fut appelé La Marseillaise qui devint hymne national en 1879.

Il fut emprisonné sous la Terreur pour royalisme. Il composa d’autres chants patriotiques réunis dans « Chants français », et même sous Louis XVIII un hymne royaliste baptisé Vive le Roi qui ne connut pas le succès et ne lui rapporta guère puisqu’il fut un temps emprisonné pour dettes.

Louis-Philippe lui accorda tardivement une pension viagère. Il mourut à 76 ans. Sa tombe se trouve à Choisy-le-Roy, mais ses cendres furent solennellement transférées aux Invalides le 14 juillet 1915.

Place Marquis de Larray: Louis Lesnet, Marquis de Larray, fut le premier gouverneur de Mont-Dauphin où il mourut. Fils d’un procureur général proche du Prince de Condé et petit-fils d’un conseiller du roi Henri II, il servit devint brigadier d’infanterie puis maréchal de camp en 1688. Blessé au bras à la bataille du pont de Salbertrand contre les Vaudois, il contribua en 1691 à la défaite de l’arrière-garde du duc de Savoie prés de Suse.

Lors de l’invasion de 1692, il commande Embrun assiégée pendant dix jours et doit rendre la place le 17 août, mais le roi reconnaît qu’il a fait «la plus belle défense ». Fait gouverneur de Mont-Dauphin, lieutenant général en 1693, il participa à la bataille de La Marsaille, où son courage fut remarqué.

Place Rosaguti: porte le nom d’un chirurgien  militaire (1806-1845)  tué au combat de Sidi-Brahim lors de la conquête de l’Algérie. Rosaguti faisait partie d’un détachement de 426 hommes commandé par le lieutenant-colonel de Montagnac. La colonne fut attaquée par les troupes d’Abd el-Kader et les survivants furent encerclés avec des renforts dans le marabout de Sidi-Brahim.

Les soldats tentèrent une sortie mais furent massacrés, Rosaguti étant l’un des derniers tués. Seuls 16 survivants parvinrent à s’échapper. Mais six d’entre eux moururent peu après.

Allée Massillon ( ? - 1836) Capitaine du Génie, Massillon resta dix-sept ans à Mont-Dauphin ou il mourut. Il couvrit la caserne Rochambeau de sa célèbre charpente à la Philibert Delorme entre 1819 et 1823.Il aménagea également en plantation le bas de Mont-Dauphin prévu pour des habitations qui n’ont jamais été construites. Il fait planter des essences différentes (tilleuls, marronniers, érables, pins...) qui en font un lieu agréable et dissimulent aussi les défenseurs à la vue de l'ennemi.

 

Valid XHTML 1.0 Strict