Mont-Dauphin est une fortification de Vauban inscrite sur la liste du patrimoine mondial en 2008
armoiries de Mont-Dauphin

La 1ère caserne de Mont-Dauphin vous accueille

16-06-2013

  

   Un espace accueil/boutique est ouvert du 17 juin au 15 septembre dans la caserne Campana  rénovée, la première caserne de Mont-Dauphin construite dés 1695.

 

   Mariane Buchet, passionnée d'art et d'histoire, vous y attend pour vous renseigner, vous inscrire pour les ateliers au jardin de Mont-Dauphin, vous proposer des souvenirs de votre visite chez Vauban, et vous montrer une chambrée des soldats du 18ème siècle reconstituée.  

 

   La caserne CampanaJusqu'à Louis XIV, les soldats logeaient chez l'habitant, ou en campement sous des tentes. Le Roi Soleil fera construire 160 casernes, apportant un confort nouveau aux militaires et soulageant les civils. Vauban codifie une caserne-type en modules identiques.

 

   La caserne Campana, la première de Mont-Dauphin, construite dés 1695, se composait de sept modules de quatre chambrées de 12 hommes sur chacun de ses deux niveaux. Elle pouvait donc abriter 672 soldats. La caserne Binot, achevée en 1707, pouvait en loger 720.

   Aprés 1918, la caserne Campana n'est plus occupée qu'épisodiquement pour des manœuvres, puis pour héberger des colonies de vacances. En 1981, elle accueille les logements et ateliers de cinq artisans. La commune la rachète à l'armée en 1997 pour y aménager la mairie et des logements et ateliers supplémentaires.

 

 

   La chambréeLes soldats dormaient, cuisinaient et mangeaient dans leurs chambrées, s’éclairant à la chandelle. Chaque chambrée a quatre lits superposés, soit huit paillasses pour 12 soldats, les quatre autres étant de garde, de patrouille ou de corvée.

 

   Chacune a une table, deux bancs et une cheminée pour le chauffage et la cuisine car jusqu'au 19ème siècle il n'y avait pas de cuisines et réfectoires communs. Les latrines et le lavoir sont dehors.

   Dans les combles était entreposée de la nourriture, par exemple le grain. Vauban, soucieux à la fois d'économie et du bien-être des soldats, règle la quantité et la qualité de la nourriture et invente sa fameuse "soupe au bled" (froment, lard, oignons, ciboules).

 

 

 

Valid XHTML 1.0 Strict