Mont-Dauphin est une fortification de Vauban inscrite sur la liste du patrimoine mondial en 2008
armoiries de Mont-Dauphin

Appel à devis: étude ethnobotanique

27-01-2014

ETUDE ETHNOBOTANIQUE

Eléments de cadrage pour devis 

L’utilisation des plantes alimentaires et médicinales du 18ème à nos jours pour l’alimentation des civils et militaires de Mont-Dauphin

 

 

 

1.    Le contexte de l’étude

 

Patrimoine mondial et projet culturel

 

La place forte de Mont-Dauphin (département des Hautes-Alpes) fait partie des 12 fortifications de Vauban inscrites sur la Liste du patrimoine mondial depuis juillet 2008. La particularité de Mont-Dauphin est d’être l’une des neuf villes neuves conçues ex nihilo par Vauban : l’installation des civils a été pensée parallèlement à celle des fortifications et des militaires, tout en adaptant l’ensemble au terrain. Le lien avec le territoire environnant est également fort du fait de la recherche de matériaux et de ressources : le territoire était indispensable à la construction et à l’approvisionnement de la place forte.

 

La place forte de Mont-Dauphin est aujourd’hui un site patrimonial vivant. Cette place forte n’a plus d’usage militaire depuis 1983. Aujourd’hui, le site a une double fonction : une ville (habitants, commerces, etc.) et un lieu patrimonial animé (tourisme, visites guidées, événementiels, etc.).

 

L’inscription sur la Liste du patrimoine mondial est un engagement, pour les gestionnaires d’un site, à préserver et valoriser ce bien de façon permanente. Dans cette perspective, un plan de gestion dont le projet culturel est l’élément central, a été élaboré. Ainsi la commune de Mont-Dauphin a choisi d’axer le développement culturel de la place forte sur le thème de «l’alimentation et l’approvisionnement d’une place forte de montagne ».

 

Projet culturel et jardin historique

 

Le projet culturel a été lancé en 2011 et se structure autour de trois actions principales :

  • La création d’un jardin historique et culturel sur l’alimentation d’une place forte ;
  • L’appui à la combinaison de filières courtes à partir de la remise en culture de variétés anciennes de céréales et légumineux testées dans le jardin ;
  • La valorisation économique du projet à travers l’ouverture d’un espace d’accueil et d’animation du projet avec la reconstitution d’une chambrée de soldats.

 Le jardin permet de découvrir les variétés anciennes cultivées aux siècles passés ainsi que les plantes alimentaires ou médicinales cueillies dans la nature.

La partie extérieure du jardin, en accès libre, présente les plantes prélevées dans la nature.

Les plantes cultivées au champ ou au jardin sont visibles à l’intérieur du mur d’enceinte et sont accessibles uniquement en visite guidée.

 

Le jardin est développé suivant l’étude de conception technique et paysagère de François Tessari (Salagon). Il doit notamment permettre l’identification, la recherche et la remise en culture de variétés anciennes de céréales et légumineux. Des premières recherches ont dégagé une première liste de plantes. Le jardinier cherche actuellement à retrouver ces variétés anciennes.

Une fois remises en culture, l’objectif est de confier ces variétés à des agriculteurs du Guillestrois pour une culture à plus grande échelle et la création locale de produits alimentaires.

 

 

2.    Le Contenu de la mission

 

Le projet culturel de la place forte de Mont-Dauphin concerne " l'alimentation et l'approvisionnement d'une place forte de montagne au 18ème/19ème".

L’étude ethnobotanique sera centrée sur l’alimentation des civiles et militaires : Quels étaient les usages des plantes en médecine, les usages de plantes sauvages et cultivées dans l’alimentation, ainsi que les usages domestiques et agricoles ? Qu’en reste t-il aujourd’hui ?

L’étude pourra se concentrer, à partir des recherches historique, sur les usages des plantes à l’hôpital militaire de Mont-Dauphin au 18ème/19ème et l’alimentation des civils et militaires au 19ème/20ème

 

Objectifs de l’étude

  • Recenser et retrouver les pratiques et usages liées aux plantes ainsi que ces plantes (graines) ;
  • Préserver et valoriser un patrimoine culturel et naturel ;
  • Participer à l’information et à la sensibilisation de la population locale et des visiteurs à l’histoire locale et à son patrimoine culturel et naturel ;
  • Apporter des éléments scientifiques pour développe le jardin et créer des outils de valorisation (expositions, conférences, etc.).


Etude

  • Recherches documentaires, en complément de documents fournis par la Mairie

Documents fournis : étude de conception du jardin avec liste de plantes, quelques notes sur des recherches documentaires d’une doctorante sur l’alimentation de la place forte de Mont-Dauphin au 18ème, résultat des recherches de l’association du Pays Guillestrin « l’alimentation au temps de Vauban »

  • Enquête de terrain auprès de la population locale

Territoire du Guillestrois : soit huit communes. Privilégier les communes les plus proches et ayant eu des relations commerciales historiquement avec la place forte (Eygliers, Réotier, Saint-Clément, Guillestre)

 

Livrables 

-       entretiens retranscrits ;

-       Rapport d’enquête avec les principaux résultats de l’étude ;

-       Graines trouvées ;

-       Base photographique en vue d’un travail de valorisation.

 

Délai

Quatre mois maximum

 

 

3.    Le devis

 

Le contenu du devis

  • Les différentes phases de l’étude avec un chiffrage détaillé ;
  • La méthodologie d’enquête proposée et un calendrier prévisionnel ;

·      Les références de précédentes études réalisées.

 

La transmission du devis

Les devis devront être adressés avant le 28 février 2014 à :

Mairie de Mont-Dauphin

Projet culturel de la commune de Mont-Dauphin

Caserne Campana

05600 Mont-Dauphin

Pour tous renseignements techniques complémentaires, contacter :

Claire-Marie COLLIN

Tél. : 06.28.42.67.77 - Courriel : vauban@guillestrois.com

Valid XHTML 1.0 Strict