Mont-Dauphin est une fortification de Vauban inscrite sur la liste du patrimoine mondial en 2008
armoiries de Mont-Dauphin

Une brève histoire de Mont-Dauphin

Juillet 1692: le duc de Savoie prend Guillestre, Gap, menace de rejoindre les insurgés protestants des Cévennes. L'invasion s'achève avant l'hiver, mais a alerté Louis XIV sur la faiblesse des défenses alpines.

Vauban, dépêché pour renforcer la frontière, choisit le plateau désert des Millaures (mille vents), à un carrefour stratégique de vallées commandant l'accès au Dauphiné, pour y construire une place forte qu'il nomme Mont-Dauphin en l'honneur du fils du roi. Les travaux commencent au printemps 1693. Quand Vauban revient sept ans plus tard, les fortifications sont presque achevées.

 

Mais au Traité d'Utrecht en 1713 la France abandonne le Piémont en échange de l'Ubaye. La frontière s'éloigne vers l'Est. Briançon devient ville frontière. Mont-Dauphin ne l'est plus et, devenue base arrière, n'atteindra jamais la taille qu'avait espérée Vauban.

Toutes deux résisteront à de brefs sièges par des troupes Austro-sardes revenant au Piémont en 1815. Mont-Dauphin ne connaîtra pas la guerre et ne verra le feu qu'une fois en juin 1940, lorsqu'une bombe italienne larguée au hasard détruit une des deux ailes de l'Arsenal.

Système de tranchées Vauban

Mont-Dauphin perd son utilité militaire. Après la guerre 1914-18, sa garnison n'est plus qu'épisodique. Dés 1975 l'armée transmet Mont-Dauphin, devenue monument national, au ministère de la culture. Avec les soldats s'en vont ceux qui en vivaient. La population tombe à 30 en 1980 pour remonter dans les années 1990 et atteindre 150.

Mont-Dauphin, avec Briançon et 10 autres fortifications majeures de Vauban, est inscrite au Patrimoine mondial de l'Unesco en 2008.

Valid XHTML 1.0 Strict